lundi 6 mars 2017

Je vous sauverai tous


- Informations - 

Auteur : Emilie Frèche
Editeur : Hachette
Genres : Ado, société, drame, psychologique
Date de parution : 2 janvier 2017
Prix : 15 € 90
256 pages 

Quatrième de couverture : Parce qu’elle est sans aucune nouvelle d’Eléa, sa fille de 17 ans embrigadée par Daesh et partie en Syrie il y a maintenant six mois, Laurence commence à tenir un journal. Écrire l’empêche de céder entièrement à la douleur qui la ronge chaque jour davantage, à la colère de n’avoir rien vu venir, et de n’avoir pas su comprendre que tout allait basculer. De trop nombreuses questions sans réponse la hantent : comment Eléa va-t-elle ? Où vit-elle ? Et avec qui ? Comment Eléa, qui avait la tête sur les épaules et des envies par centaines, a-t-elle pu manquer de discernement au point de renoncer à tout… et surtout à sa liberté ? Laurence interpelle sa fille et lui raconte, jour après jour, sa tristesse et sa participation à des groupes de déradicalisation, sa lutte pour éveiller les consciences, tenter d’empêcher le départ d’autres adolescents… Pour tenter aussi de contrer l’absence de sa fille, ne pas la perdre tout à fait…
À ses mots répondent ceux du journal intime d’Eléa, écrits un an auparavant. On découvre peu à peu comment pour cette jeune fille la frontière qui sépare influence et conviction a été franchie. Comment aux rêves d’avenir, aux premiers émois amoureux, aux amitiés sereines, se sont substitués la manipulation, la soumission, l’extrémisme…

- Mon Avis - 

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Hachette qui m'ont permis de découvrir un roman très fort. J'avais beaucoup d'appréhension avec ce livre. Déjà pour son thème, en plein coeur de notre actualité, mais également pour la narration. A travers les trois journaux intimes de cette famille détruite (celui de la mère, du père et de l'adolescente), on a trois discours qui nous permettent de partager au plus près les émotions des protagonistes. Et c'est très perturbant. Surtout en ce qui concerne la mère, personnage central du roman, qui à plusieurs reprises nous partage toute sa détresse et son sentiment d'impuissance. Comment combattre quelque chose dont on n'a même pas conscience ? Ce dialogue de sourds entre les membres d'une même famille est très poignant et nous permet de comprendre à quel point le danger est fourbe : ici il n'apparaît pas à l'extérieur, à la vue de tous, mais à l'intérieur même du foyer, là où tout le monde se croit à l'abri. De plus, le danger vient d'une envie d'aider les gens. Eléa veut s'investir dans l'aide humanitaire, et c'est à partir de cette gentillesse, cette dévotion, qu'elle va se faire piéger. Cette déchirure dans le quotidien d'une famille semblable à tant d'autres perturbe le lecteur et le plonge dans un univers très réaliste et sans pudeur. On assiste au calvaire des parents sans rien pouvoir faire et c'est désormais nous, lecteurs, qui nous retrouvons démunis face à une telle douleur. 

Cette lecture m'a fait beaucoup réfléchir. Lorsqu'on lit le journal d'Eléa on se dit que c'est trop gros, que quelqu'un d'un peu averti ne tomberait pas tête la première dans la trappe. Mais pourtant... lorsque l'on découvre son univers, sa famille, ses amis, on se rend bien compte qu'elle est comme n'importe qui, alors pourquoi ? Pourquoi Eléa qui avait tout pour éviter le danger a sauté dedans à pieds joints ? Ce livre nous donne des éléments de réponses, et c'est assez glaçant parce que même un lecteur adulte peut se demander : "Et moi à son âge, qu'aurais-je fait ?".

Ce livre a été une aventure livresque très forte, j'ai mis plusieurs jours à m'en remettre car il avait apporté avec lui beaucoup de questionnements et de réflexions auxquels je ne m'attendais pas. Mais c'est tant mieux ! Cela veut dire que le livre a fonctionné sur moi, puisqu'il m'a touché et fait réfléchir. J'en ai même, par la suite, débattu autour de moi. Cette lecture a donc permis le partage d'une histoire, mais également d'idées, et c'est quelque chose que je trouve assez beau ! Cependant, il ne s'agit pas d'un coup de coeur car le côté trop moralisateur retrouvé plusieurs fois m'a souvent coupé dans ma lecture. Si vouloir partager un message est tout à fait louable, vouloir sans cesse répéter "la bonne leçon" à son lecteur peut vite faire lever les yeux au ciel. 

Je vous sauverai tous est donc une bonne lecture, avec de vrais questionnements et une vraie volonté de partage, même si le côté "volonté de trop bien faire" m'a semblé un poil infantilisant pour le lecteur, jeune ou non d'ailleurs. 

- Notation -

Ps : Emilie Frèche est la co-scénariste de Le ciel attendra qui traite la même thématique que Je vous sauverai tous. Le film étant sorti en dvd, n'hésitez pas à l'acheter ou à le louer pour le découvrir !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire